La fabrication des tapis noués

Cette section explique les étapes de fabrication spécifiques associées aux tapis noués à la main, par opposition aux autres types de tapis faits à la main, tels que les tapis tissés, les tapis touffetés ou les tapis à crochets. Nous vous demandons de ne pas tenir compte du sens de la mode des tisserands. Ils ne portent pas de Gucci ou de Calvin Klein. Nous vous demandons de regarder les belles œuvres d'art qu'ils produisent. Pour une explication sur les étapes générales associées aux tapis noués à la main et tissés à la main, consultez notre section «Étapes préliminaires» qui couvre la transformation de la laine en fil jusqu'au processus de préparation de petits et grands outils tels que les métiers à tisser avant de tisser.

1. La lecture du talim



Vidéo clip intitulé « Kashmir Carpet Making: Reading of the Talim », soit « La fabrication de tapis au Cachemire: La lecture du Talim ». Filmé au Cachemire.
Publié le 29 mars, 2017 au canal Sandeep Sanguru sur YouTube.

Une fois le design décidé et le dessin terminé, un métier à tisser est mis en place et le coton est filé. Cette configuration permet aux tisserands de nouer à la main un nouveau tapis sur le cadre appelé le métier à tisser. Les colonnes de fil (appelées chaînes) sont étirées verticalement sur le métier à tisser. Les chaînes sont généralement faites de coton, fournissant une surface idéale pour un tapis plat et droit. Le tisserand sécurise les chaînes en arrangeant des rangées horizontales appelées trames (généralement en coton, laine ou soie).

Une fois le métier mis en place, la lecture du talim par le maître tisserand pour les autres tisserands commence. Habituellement, dans un cadre familial chaleureux, les tisserands sont assis à genoux face au métier et commencent à tisser. Le maître tisserand, parfois appelé le wasta, prononcé ousta ou appelé talim guru conduit généralement les tisserands en chantant. Il ne parle à aucun tisserand en particulier mais s'adresse à tout le monde. Dans certains cas, le maître tisserand a mémorisé le tapis au point qu'il n'a pas besoin du talim. Il utilise les rouleaux de sa mémoire pour guider les tisserands. Dans ce dernier cas, le talim devient ainsi plus un guide de référence.

En l'absence du maître tisserand, de nouveaux tisseurs de tapis utilisent le talim pour les guider. Dans d'autres cas, si les tisseurs ont l'habitude de tisser un tapis particulier avec un ensemble de couleurs spécifique, le talim n'est pas du tout utilisé. Tout comme le maître tisserand, ils utilisent les rouleaux de leur mémoire pour les guider. C'est un phénomène courant dans les dessins de petits tapis tribaux qui sont souvent transmis de génération en génération, d'enseignant à élève.

2. Le nouage



Clip vidéo intitulé « Kashmir Carpet Weaving - Knotting Process », soit « Le tissage du tapis au Cachemire - Processus de nouage ». Filmé au Cachemire
Publié le 29 mars, 2017 au canal Sandeep Sanguru sur YouTube.

Tisser un tapis noué à la main demande beaucoup d'habileté et souvent beaucoup de temps. La qualité et, très souvent, le coût d'un tapis noué à la main sont déterminés par le nombre de nœuds par pouce carré. Dans ce cas, une densité plus élevée signifie une meilleure qualité. Un motif complexe peut nécessiter un nouage très dense, ce qui peut prendre beaucoup de temps. En moyenne, un tisserand peut attacher environ 10 000 nœuds par jour. Donc, vous pouvez imaginer combien de temps cela peut prendre pour fabriquer un tapis, surtout s'il se trouve être grand. Le coût d'un tapis noué à la main tient également compte du temps de production, qui est généralement plus long et donc plus coûteux que les tapis touffetés à la main.

Lorsqu’il noue un tapis à la main, le tisserand noue un fil continu sur lui-même. Après avoir créé une dizaine de trames, le tisserand est prêt à commencer l'essentiel du travail. À l'aide d'un morceau de laine ou de soie, il prend une ou deux chaînes dans la même rangée et attache un nœud autour d'elles. Les extrémités du nœud deviennent le matériau (la pile) du tapis. Le tisserand travaille méticuleusement, nœud par nœud, jusqu'à ce que le motif soit complet. Le nouage à la main est le procédé de tissage de tapis le plus complexe et le plus laborieux actuellement utilisé. Voici une brève description des types de nœuds les plus utilisés au cours des derniers siècles dans la production de tapis noués à la main:

Les types de noeuds en tapis d'orient
Illustrateur : de Sá Bashir, Samina (5 juin 2018)
Cinq types de noeuds à la main. Tiré de la collection Tapis d'Orient Bashir

A. Le noeud ghiordès :

Il entoure étroitement deux fils de chaîne et les deux extrémités du fils de noeud sortent au milieu. Si l'une des passées de trame structurale est plus tendue que l'autre, la chaîne est dénivelée. Ce noeud est utilisé essentiellement en Turquie et dans le Caucase. Il est aussi appelé nœud turc en référence à la région dans laquelle il est utilisé , ou encore nœud symétrique.

B. Le noeud senneh :

Il n'emprisonne qu'un seul fil de chaîne, il est donc plus rapide d'exécution mais moins solide que le noeud ghiordès. Ces deux types de noeuds sont parfois employés sur un même tapis, le noeud Senneh pour le champ, le noeud Ghiordès pour les bordures. Le noeud Senneh, aussi appelé nœud asymétrique, peut être ouvert à droite ou à gauche. L'une des passées est tendue, l'autre lâche. Le Senneh est surtout utilisé en Perse actuelle et ses anciens empires (Afghanistan, le Nord de l'Inde et le Pakistan, Azerbaijan, etc.) et peut donc être parfois nommé nœud perse.

C. Le noeud tibétains :

Le nœud tibétain a une structure totalement différente de celle des autres nœuds. Une tige provisoire posée devant la chaîne et utilisée pour faire les nœuds. Le long fil est alors passé autour de deux fils de chaîne puis enroulé autour de la tige. Lorsque le tisseur a terminé toute la rangée, il coupe les boucles qui se trouvent autour de la tige pour créer le nœud.

D. Le noeud jufti :

Un nouage jufti implique que les nœuds (marqués en rouge) soient placés autour de quatre fils de chaîne (en jaune clair) au lieu de deux. Le fil de trame (en bleu) est ajouté sur une ou deux rangées.

E. Le nœud espagnol :

Un autre type de nouage, qui est beaucoup moins commun que le Persan ou le Turc - ou le Jufti – ce nœud est attaché autour d'une seule chaîne. Cette méthode est presque exclusivement utilisée dans les tapis espagnols, d’où son nom, depuis le XVIe siècle. Le nœud espagnol est attaché sur tous les autres fils de chaîne, et ceux-ci sont alternés avec chaque ligne.

3. Le rasage

Comme le tapis est tissé, les extrémités de chaque nœud sont grossièrement coupées avec un couteau lorsque le nœud est inséré dans la fondation. Parfois, une autre coupe a lieu lorsque chaque rangée de nœuds est terminée ou après que plusieurs rangées aient été travaillées. Une fois le tapis terminé, il est soigneusement cisaillé pour lui donner une épaisseur uniforme. Ce dernier cisaillement se fait soit en posant le tapis à plat sur le sol, soit en le drapant sur une poutre. Dans les ateliers de tapis et les usines, un travailleur spécial est généralement formé pour effectuer ce travail. Pour finir, un cisaillement d'expert sert à finir correctement le tapis - mais un cisaillement bâclé peut ruiner des mois de travail laborieux.

Certains tapis, notamment ceux d'Inde et de Chine, sont également mis en relief ou incisés. Dans le processus, une rainure est coupée en partie à travers la pile où différentes couleurs se rencontrent. Cela crée une ombre lorsque la lumière brille sur le tapis, accentuant certains éléments du design. Dans les tapis plus fins, ces accents sont produits en décrivant des conceptions avec une rangée simple de nœuds dans une couleur contrastante. Cependant, les tapis en relief tendent à être ceux qui ont des motifs relativement simples, des tapis qui auraient un aspect plat s'ils ne recevaient pas ces variations dans la profondeur de la pile.

Des hommes indiens rasent un tapis de façon traditionelle.
Photographe : Karapancev, Zoran (11 février 2017)
Des hommes indiens rasent un tapis de façon traditionelle.

4. Lavage du tapis noué à la main

Une fois le tapis coupé, il est lavé pour éliminer toutes les particules de détergent, de saleté et de fils qui se sont accumulées pendant le tissage et pour donner de l'éclat au tapis fini. Le tapis est posé à plat sur le sol, puis de l'eau fraîche est versée par-dessus. Les laveurs de tapis utilisent ensuite une planche de bois, aiguisée sur un bord, pour forcer l'eau à travers la pile (le matériau) de tapis. Cela supprime les impuretés ramassées pendant le processus de création. Dans de nombreuses régions, certains produits chimiques sont ajoutés à l'eau lorsque le tapis est nettoyé.

Ce lavage chimique, également appelé bain de réduction, élimine les fibres de poils courtes qui absorbent la lumière. Il adoucit également le ton des couleurs dans le tapis. Même si les colorants d'aujourd'hui sont synthétiques et résistant, ils peuvent être durs et crus sans lavage chimique, ce qui se rapproche des nuances qui étaient autrefois obtenues seulement par des années d'utilisation. Le lavage chimique peut avoir lieu dans le pays où le tapis est fabriqué ou dans un centre de collecte régional. C'est aussi souvent fait après l'arrivée des tapis en Amérique du Nord.

Une fois le lavage terminé, le tapis se trouve alors exposé à la lumière du soleil jusqu'à ce qu'il soit complètement sec. Le tapis est posé à l'extérieur dans une grande cour sur les rochers propre de la rivière, ou dans certains cas, traîné pour être sécher. Le dos des tapis est frappé par le feu pour sceller les nœuds et les empêcher de se détacher. Une fois qu'ils sont secs, le processus de préparation à la vente commence.

5. Finition

https://lib.store.yahoo.net/lib/yhst-99433602060394/Preliminary-Steps-Finishing
Photographe : de Sá Bashir, Samina (1 novembre 2015)
Des artisans pakistanais retouchent un tapis avec des colorants naturels. Tiré de la collection Tapis d'Orient Bashir

A. Polissage et aplanissement :

Parfois, le rasage est fait à la main et à d'autres moments, une machine spéciale est utilisée pour raser et niveler le tapis sur toute sa largeur et sa longueur. Ce processus met également en évidence les détails du tissage et des couleurs vives. Ensuite, la conception du tapis est définie à l'aide d'une pointe en acier pour séparer le motif et les couleurs. Enfin, le tapis est roulé, emballé et expédié pour la vente..

https://lib.store.yahoo.net/lib/yhst-99433602060394/Shaving-Leveling-Rug
Photographe : Chaturvedi, Vikas (23 février 2016)
Les fils protubérants de la laine sont coupés manuellement avec une paire de ciseaux. Tiré de la collection privée de Tapis d'Orient Bashir

B. Les franges :

Dans les tapis noués à la main, les franges sont nécessaires, car elles représentent le bord des fibres de la "colonnes vertébrales" du tapis. Alors que beaucoup de gens apprécient l'aspect d'un tapis de zone avec frange, il y a beaucoup d'autres qui trouvent qu'il est une nuisance. Cela rend le tapis difficile à aspirer lorsque les extrémités sont aspirées dans le vide et emmêlées. La frange est également facilement tachée ou souillée, et généralement difficile à nettoyer. Les franges sont plus coûteuses que la reliure ou le surfilage, qui sont des méthodes de finition appliquées aux tapis fabriqués à la machine.

C. La reliure :

La reliure est une fonctionnalité facultative qui est ajoutée à la main à un tapis. Tous les fabricants de tapis noués à la main ne l'incluent pas dans les tapis qu'ils vendent. La reliure est généralement faite de cuir ou d'une bande de vinyle. Elle est cousue à la main sous les bords libres du tapis afin de fournir un soutien supplémentaire. Ce support supplémentaire garantit que :

  • les bords du tapis ne s'enroulent pas vers l'intérieur ;
  • Le renforcement des côtés permet de fournir une protection contre l'usure ;
  • le tapis est maintenu à plat sur le sol ;

Lors de l'achat d'un tapis noué à la main chez un marchand de tapis spécialisé, vous pouvez généralement demander que la reliure soit ajoutée à votre nouveau tapis. Gardez à l'esprit cependant que tous les détaillants n'offrent pas ce service et que cela prend quelques jours pour ajouter la reliure à votre tapis en fonction de la charge de travail du vendeur. Les marchands de tapis haut de gamme qui se soucient des dernières étapes de finition d'un tapis auront déjà cette bande en similicuir sur le tapis.

Des artisans pakistanais cousent la reliure en cuir sur les bords d'un tapis.
Photographe : de Sá Bashir, Samina (17 octobre 2016)
Des artisans pakistanais cousent la reliure en cuir sur les bords d'un tapis. Tiré de la collection Tapis d'Orient Bashir

6. L'inspection

Une fois qu'un tapis noué à la main est sec, le processus de mise en vente commence. Il est inspecté à plusieurs reprises à chaque étape du processus. Cela entraîne la recherche de petites erreurs dans le modèle, qui sont corrigées par une équipe assignée. Chaque tapis est étiré pour s'assurer qu'il soit fidèle aux mesures. Les lignes sont vérifiées pour s'assurer qu'il s'aligne comme il est supposé le faire. Il est nettoyé après chaque processus.

Un tapis Pende Boukhara noué à la main.
Photographe : Tahar, Abdel (23 mai 2018)
Un tapis Pende Boukhara noué à la main. Tiré de la collection Tapis d'Orient Bashir

7. Emballage

Une fois que le tapis tissé est inspecté, le processus d'emballage et d'envoi aux acheteurs étrangers commence. Il est important de noter que l'emballage n'est pas toujours le même et varie d'un fournisseur à l'autre. Cependant, la plupart des fournisseurs de tapis fourniront l'emballage à double couche. En d'autres termes, une fois le tapis roulé, il est d'abord enveloppé dans du plastique (généralement du polythène transparent) suivi d'une couche externe plus résistante de toile de jute ou de toile blanche. Ceci permettra au tapis roulé d'être imperméable à l'humidité et de ne pas être endommagé pendant l'expédition. Dans le cas de vendeurs plus professionnels et expérimentés, le tapis est roulé avec un support central de tube en carton ou en plastique pour éviter les plis ou la flexion en transit par voie maritime ou aérienne.